21
02
Un stagiaire raconte…

Nous avons reçu plusieurs candidats stagiaires pour le poste de Community Manager que nous cherchons à pourvoir. Quand l’occasion s’y prête, nous demandons au candidat de nous écrire quelques lignes, histoire de juger in vivo de ses capacités de narration et de rédaction.

Bertrand a bien voulu se prêter au jeu. Nous lui avons demandé de nous décrire son arrivée dans l’agence et de livrer ses premières impressions. Il a par la suite accepté que sa prose soit ici publiée (bel exemple de confiance et d’ouverture). Merci Bertrand !

Voici donc ses impressions.

Bonjour Paris !

27 janvier, je ramène le soleil (ce que doivent dire tous les sudistes qui se retrouvent à Paris et ont la joie ou l’honneur d’y retrouver ‘leur’ soleil).
Bref, je ne suis pas là pour les vacances, je suis là pour quelque chose d’important…
5 ans à user mes jeans sur les bancs des classes, j’ai envie de trouver une assise agréable, et commencer un métier.

Premier rendez-vous, Roxane. Etrange appellation pour une agence qui se charge de l’image des marques auprès des communautés.
155 rue (et pas avenue) Anatole France.

Je sors du métro et me retrouve face à des buildings vitrés, synonyme pour le ‘provincial’ que je suis, de centre des affaires.
Paradoxalement, autour de moi se mélangent jeunes cadres dynamiques, écoliers, lycéens et autres jeunesses à sac à dos.
Je dois être prêt pour 14h, juste le temps de prendre un café et de ne pas ressembler à Rudolphe.

13h55, j’appelle ‘marion’, contact twitter pour qu’elle m’ouvre la porte (et oui c’est bien gardé les grands bâtiments vitrés !). Premier contact, je tente de lui serrer la main, elle me tend la joue, je me sens maladroit.

Nous arrivons au second, elle pousse la porte d’une agence, dont les locaux sont tout à fait plaisants.
Je tente un ‘bonjour’ global et ne récolte aucun écho.

Tant pis, j’aime bien le rouge et le métal, et puis la moquette. Un ‘jeune employé’ se ballade, mac à la main (oui j’aime apple), j’esquisse un sourire, une fois de plus aucun retour.

Bon tant pis, ils sont peut être pas si 2.0 après tout.
Heureusement, Marion me met à l’aise et le ton de sa voix me rassure.

1 minute d’attente plus tard, arrive Emmanuel, qui me propose à son tour un café ou un verre d’eau. J’apprécie ce genre de petites attentions, cela me met à l’aise.
Je m’assois, les fauteuils sont confortables, l’assise est parfaite. L’entretien peut commencer.

Précisons que cette anecdote a été rédigée en 10 mn et sans préparation. Elle n’a pas été retouchée.
Qu’auriez-vous fait à notre place ?
Nous, on l’a embauché.
Bienvenue et bravo Bertrand !

par le 21 février 2010

Leave a Reply

Articles recommandés

Suivez-nous

Billets les plus lus

Les 5 derniers Tweets

Commentaires récents

Glossaire